Plusieurs termes spécifiques sont utilisés au sein d’une entreprise. Les « fusac » ou « fusions-acquisitions » d’entreprise ou « Mergers and Acquisition » (M&A) font partie des termes les plus fréquemment utilisés. Mais alors, que signifie le terme « fusions-acquisitions d’entreprise », et que faut-il connaître à ce sujet avant de se lancer ?

Fusions-acquisitions d’entreprises : la définition

L’expression « fusions-acquisitions » ou « Fusac » ou « M&A » désigne un regroupement d’entreprises sous divers aspects. Les fusac peuvent concerner le rachat d’une division d’entreprise, d’un capital, et/ou des actifs d’une enseigne, par une autre entreprise. Chaque fusion-opération est généralement majoritaire, au point d’engendrer un échange financier entre un vendeur et plusieurs acheteurs.

Les fusions-acquisitions d’entreprises nécessitent également une modification des droits de copropriété de la société concernée par le contrat. Vous pouvez effectuer :

  • Une fusion-acquisition sans changements de son management. Dans ce premier cas, il peut s’agir d’un investissement financier allant au-delà de l’industriel. Toutefois, la limite de ce genre de fusion-acquisition s’étale souvent sur une longue période.
  • Une fusion-acquisition de reclassement de capital consiste par contre en une cession d’une partie minoritaire du capital de la société à un actionnaire.

Sachez que les fusions-acquisitions d’entreprises peuvent impliquer un investissement de plus de 100 milliards de dollars.

Fusions-acquisitions d’entreprises (M&A) : qu’est-ce plus concrètement ?

Dans un sens plus concret, une fusion-acquisition d’une société consiste à la transmission universelle de son patrimoine à une autre entreprise. Au cours d’une Fusac, tous les éléments actifs et passifs de la société absorbée seront transmis à l’entreprise absorbante.

Ainsi, les fusions-acquisitions d’entreprises vont impliquer :

  • Un échange de droits sociaux.
  • Et une dissolution de l’entité absorbée (sans liquidation).

Quelques exemples de fusions-acquisitions (Fusac)

Ce genre d’activité juridique est très prisé par les entrepreneurs souhaitant diversifier leurs activités, et booster leur présence sur sa chaîne de valeur et sur un marché bien déterminé. En fait, la fusion-acquisition est une restructuration des objectifs et activités de l’entreprise absorbante.

La Fusac verticale

L’on parle de « fusions-acquisitions d’entreprises verticales » lorsque les sociétés absorbantes vont absorber les leaders de leur secteur d’activité économique. Dans ce cas, l’entreprise absorbante vise à contrôler toute sa filière.

Par exemple, un distributeur de lait peut absorber le leader du marché des fabricants de lait, afin de monopoliser ce marché.

La Fusac horizontale

Les fusions-acquisitions d’entreprises horizontales sont des opérations consistant en une acquisition de nombreuses sociétés complémentaires. Grâce à elles, vous mieux maîtriser votre marché, notamment via des services-produits diversifiés. Grâce à ces opérations, vous pourrez augmenter vos parts du marché.

Par exemple, une entreprise à la fois distributeur et fabriquant de lait absorbe des sociétés fabricants des yaourts, afin de proposer divers produits laitiers sur le marché.

La fusion conglomérale

Ces opérations marketing consistent au rachat d’entreprises spécialisées dans d’autres secteurs. La fusion conglomérale vous permettra de devenir le poids lourd dans une nouvelle filière, le plus rapidement possible.

Par exemple, un distributeur et fabricant de produits laitiers rachète un distributeur puissant de boissons gazeuses. Grâce à cela, vous pourrez investir également dans le marché des autres boissons.

Fusion-absorption et fusion-acquisition : quelles différences ?

Le terme « fusion » désigne le fait de transmettre le patrimoine d’une entreprise à une autre. L’on parle de « fusion-absorption » lorsque nous avons une fusion « simple ».

De son côté, l' »acquisition » concerne les pouvoirs et le contrôle juridique durant les assemblées générales. Elle permet également des aménagements. Au cours de fusions-acquisitions d’entreprises, les entreprises absorbantes auront le droit de diriger le plan commercial et économique des entreprises absorbées. Ainsi, les associés et actionnaires des sociétés absorbées deviendront automatiquement les vôtres.

La différence entre ces deux opérations réside principalement sur le fait que la fusion-acquisition est plus libre. En effet, les entreprises absorbées pourront conserver leur marque et leur nom.

Fusions-acquisitions d’entreprises (M&A) : les prérequis juridiques et économiques

Sachez que les fusions-acquisitions doivent être bien préparées à l’avance. Vous devez notamment effectuer de nombreuses études sur les aspects juridiques, financiers, commerciaux, etc. de vos futures opérations de fusion-acquisition d’entreprise. Par ailleurs, avant le début de l’opération, vous devez également formaliser les termes de cette M&A ou Fusac d’entreprises.

Comment s’organisent les Fusac ou M&A ?

Votre opération ne commencera pas qu’après une négociation des termes de la fusion-acquisition, et après le ciblage de la société à absorber. Grâce à l’opération de M&A, l’entreprise ciblée transmettra son patrimoine à l’entreprise absorbante, grâce à un échange des droits sociaux.

Si vous préparez bien vos fusions-acquisitions d’entreprises, ces opérations peuvent être très profitables pour votre société. Toutefois, sachez que la préparation de ce type d’opération prend beaucoup de temps. Par ailleurs, il vous faudra un ensemble de compétences au niveau juridique, financier, et social, pour ce faire.

Afin de bien préparer votre Fusac, nous vous conseillons de bien vous entourer. Si les entreprises concernées par les M&A sont cotées en bourse, les opérations seront encadrées grâce à une OPA (Offre publique d’Achat).

Pourquoi réaliser des fusions-acquisitions d’entreprises ?

Plusieurs sociétés effectuent des Fusac dans le but de :

  • Accélérer leur croissance.
  • Accroître leurs parts du marché.
  • Booster leur puissance financière.
  • Et développer leurs activités.

Contrairement à la croissance organique, les fusions-acquisitions d’entreprises œuvrent pour une croissance externe. En effet, grâce à ses opérations, vous pourrez élargir extérieurement la puissance et l’apogée de votre société.

Faut-il demander l’aide d’un conseiller en fusions-acquisitions d’entreprises ?

Dans certains cas, les opérations de M&A nécessitent l’intervention d’un conseiller. Ce dernier est souvent rattaché à une banque d’investissement. Au cours des fusions-acquisitions, les conseillers vont :

  • Montrer les dossiers d’évaluation à la société absorbante.
  • Puis la convaincre sur l’intérêt économique et stratégique du fait de lancer dans cette opération.

Dans le cas où l’opération devient plus concrète, le conseiller va la piloter sur la base d’un mandat, et en concertation avec le management de l’entreprise absorbante.

Si vous allez réaliser des opérations de fusions, d’apports partiels d’actifs, ou de scissions, au profit d’une autre société, vous devez souscrire une déclaration spécifiant les motifs et conséquences de votre acte. Cette étape est obligatoire, selon un article du Code général des impôts. Un décret du mois de mai 2108 précise même le contenu de cette déclaration, pour qu’elle soit bien conforme.